Les 3 éléments-clés pour choisir à coup sûr un constructeur sérieux et solvable

Les 3 éléments-clés pour choisir à coup sûr un constructeur sérieux et solvable

Une acquisition immobilière n’est pas un achat « comme les autres », ne serait-ce qu’eut égard au budget qu’il implique, et cette affirmation est d’autant plus vraie lorsqu’il s’agit de faire construire sa maison. Ce que d’aucuns qualifient comme l’achat d’une vie ne peut – ni ne doit – être pris à la légère. Or, le choix du constructeur revêt une importance capitale pour la bonne réalisation du projet immobiliser. A ce stade, entre les différents textes de lois, les garanties, les normes environnementales, la notoriété des artisans, et bien d’autres points d’intérêt encore, les futurs acquéreurs se sentent souvent quelque peu perdus lorsqu’il s’agit de choisir un constructeur sérieux et fiable.

De l’importance du CCMI

Commençons tout d’abord par dissiper un malentendu fréquemment rencontré : faire appel à un architecte et à un maître d’œuvre n’est pas plus sécurisant que de faire appel à un constructeur de maisons individuelles – bien au contraire ! En effet, tout constructeur appliqué vous proposera un contrat de construction de maison individuelle – plus connu sous son acronyme CCMI – et qui s’avère extrêmement avantageux pour le client.

En effet, ce type de contrat, issu de l’application de la loi n°90-1129 du 19 décembre 1990, encadre tout d’abord strictement les éventuels surcoûts dus par le particulier lors de la construction proprement dite de sa future maison. Ainsi, une forte hausse des prix des matériaux ne sera répercutée que dans les limites fixées par le cadre légal, alors qu’avec un contrat de maîtrise d’œuvre, elle serait totalement imputée à l’acquéreur. De plus, aucune autre hausse du prix final n’est possible – toute dépense supplémentaire étant réglée par le constructeur – et cette loi fixe aussi une garantie de livraison à la date initialement prévue.

Tout constructeur proposant un CCMI devra par ailleurs se doter (en toute transparence) d’un garant, chargé de terminer les travaux – sous des conditions identiques – en cas d’éventuelle défaillance de sa part. La présence obligatoire d’une caution sur le plan financier résout également le problème de la solvabilité du constructeur. La responsabilité de celui-ci peut aussi se voir engagée si la maison construite ne répond pas aux normes environnementales en vigueur, dont bien sûr, la RT 2012 ayant trait à la réglementation thermique. Là encore, en faisant appel directement à un architecte, ce serait le particulier qui se verrait responsable si son habitation n’était pas conforme, avec, à la clé, une amende pouvant atteindre 45 000 €.

Identifier un interlocuteur de confiance

Maison individuelle

Par définition, une personne souhaitant faire bâtir sa maison ne possède pas l’expertise d’un constructeur dont c’est le métier, et de prime abord, il peut apparaître difficile de jauger des compétences professionnelles de ce dernier. Toutefois, plusieurs éléments revêtent une importance primordiale, à commencer par la prise de contact et le dialogue qui va se nouer. En effet, un constructeur sérieux prendra le temps de vous recevoir, d’écouter vos besoins, de vous interroger même sur certains détails que vous aimeriez idéalement voir dans votre future demeure, et ensuite seulement, il abordera la question du budget. N’oubliez pas que son objectif doit être de vous proposer un projet adapté au terrain, d’une part, mais également à vos aspirations et votre mode de vie, d’autre part – et non de vendre à tout prix un concept « clé en mains ».

A l’heure où tout un chacun poste des avis sur quasiment tous les aspects de la vie courante sur Internet, vous pouvez ensuite poursuivre vos recherches en interrogeant le Web pour mesurer la notoriété du (ou des) constructeur(s) que vous auriez approché. Attention, toutefois, les personnes mécontentes ont tendance à se faire davantage entendre que celles qui sont satisfaites, et 1 constructeur avec 10 avis défavorables peut s’avérer beaucoup plus recommandé qu’un autre avec 2 avis négatifs seulement … il suffit pour cela que le premier ait plus de 500 projets clos par an à son actif contre 10 pour le second … Ces nuances étant mentionnées, une recherche Internet est un bon point de départ, notamment au travers de sites de comparateurs pertinents. Il conviendra ensuite de demander au constructeur de pouvoir visiter des projets en cours et terminés, voire de s’adresser directement à d’anciens clients – et certains ont même une démarche proactive en vous proposant de telles rencontres.Travaux de peinture dans une maison

En outre, un constructeur sérieux n’hésitera pas à vous présenter les artisans avec lesquels il compte œuvrer sur votre projet – et qui, idéalement, travaillent déjà avec lui de longue date – ainsi que les conducteurs de travaux. Ces derniers ont en effet un rôle capital pendant tout le projet, puisque ce sont eux qui surveilleront quotidiennement l’état d’avancement du chantier et la bonne exécution des tâches confiées aux artisans. Ces conducteurs de travaux sont souvent perçus à juste titre comme des « chefs d’orchestre » des chantiers, et l’on comprend aisément que si l’un d’eux gère « seulement » une dizaine de constructions à un instant T, il sera beaucoup plus efficace que s’il en a une cinquantaine à superviser…

Last but not least, prendre en compte le prix des prestations

Pose de plinthes dans une maison

Nombreux sont les particuliers en quête d’un constructeur à prendre ce critère comme le plus important dans leur recherche. Nul n’ayant un budget extensible à l’infini, cela se comprend parfaitement, mais accorder trop d’importance au prix le plus bas se révèle être une erreur majeure. En effet, un tarif anormalement bas doit surtout inciter à la méfiance – sur la qualité des matériaux, notamment, ou bien du niveau de qualification de la main d’œuvre – et c’est davantage le ratio entre les prestations proposées et le prix qui doit vous guider. Les conséquences de malfaçons sont trop sérieuses pour prendre un tel risque, sans compter que des prix trop faibles peuvent également se répercuter sur l’efficacité du service après-vente du constructeur.

Cela étant posé, rien ne vous empêche de négocier un peu le prix affiché initialement – une réduction de 2 à 5% n’ayant rien d’impossible, la plupart du temps – mais cela doit être « la cerise sur le gâteau », et non votre premier critère de choix. Comme nous l’avons évoqué précédemment, la proposition d’un CCMI, la qualité d’écoute et de dialogue du constructeur, ainsi que son professionnalisme, sont autant d’éléments encore plus importants. Compte-tenu des éléments précédents, vous êtes en droit de vous dire que tous ces critères favorisent l’ancienneté des sociétés ayant pignon sur rue et constituent un frein pour les nouveaux entrants. Vous auriez parfaitement raison, et c’est parfaitement volontaire – à l’heure actuelle, avec une concentration de plus en plus forte, rare sont les nouveaux entrants – surtout en excluant les gérants de retour après une faillite – et il convient d’être encore plus vigilant avec ceux-ci. De fait, mieux vaut faire appel à une société reconnue, appartement à l’Union Nationale des Constructeurs de Maisons Individuelles.