Travaux dans la résidence principale et réduction d’impôt

Certains types de travaux, notamment ceux visant à réduire les consommations énergétiques de l’habitation, donnent droit au crédit d’impôt d’état. Il s’agit dans ce cas du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Les travaux visant à adapter l’habitation aux personnes âgées et handicapées sont également concernés.

Qu’est-ce qu’une résidence principale ?

Tout d’abord il convient de définir les biens immobiliers concernés par ces travaux. Il s’agit en fait de votre résidence principale ou d’un logement que vous louez en tant que résidence principale pour une durée minimale de 5 ans. Un contribuable domicilié en France qui a déjà pu bénéficier du crédit d’impôt d’Etat pour une ancienne résidence principale, peut à nouveau bénéficier de ce crédit d’impôt pour une nouvelle résidence. Il est aussi possible de bénéficier du crédit d’impôt dans une habitation pour des travaux effectués dans une résidence principale avant même d’y avoir élu domicile.

Quels sont les travaux concernés par le crédit d’impôt ?

Les travaux permettant d’effectuer des économies d’énergie ou l’installation d’équipements fonctionnant grâce aux énergies renouvelables font partie de ceux donnant droit à un crédit d’impôt. Lesdits équipements doivent être installés par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). Le montant des aides et les travaux concernés sont sujets à des  modifications chaque année. Des exemples de ces travaux : l’installation du double-vitrage, l’installation d’une pompe à chaleur géothermique ou air-eau, l’installation d’une chaudière au bois ou d’une chaudière à gaz à condensation, l’installation de panneaux photovoltaïques, les travaux d’isolation des murs, des combles ou du plancher, etc. Il faut noter que le taux des aides varie en règle générale selon la nature des travaux et les performances énergétiques des équipements.

Les travaux destinés à adapter l’habitation aux personnes handicapées ou âgées sont également concernées par le crédit d’impôt. Ces travaux comprennent notamment l’installation de certains équipements sanitaires comme la baignoire à porte et le lavabo à hauteur réglable ainsi que des travaux visant à améliorer l’accessibilité du logement tels que les barres de maintien et les appareils élévateurs.

Les conditions pour 2017 et les détails du crédit d’impôt

Comme nous l’avons déjà mentionné, les travaux doivent être effectués par un professionnel RGE (reconnu garant de l’environnement) qui doit aussi s’assurer de l’éligibilité des équipements installés au crédit d’impôt. L’habitation doit par ailleurs avoir été achevée depuis au moins 2 ans.

Le crédit d’impôt est calculé sur la base du montant total des équipements. Il ne prend donc pas en compte le coût de la main d’œuvre, sauf pour l’isolation thermique des parois opaques et la mise en place d’une pompe à chaleur géothermique.

Le taux de ce crédit d’impôt est de 30% et aucune condition sur les revenus n’est imposée. Il est plafonné à 8000 € par personne ou à 16 000 € pour un couple marié ou pacsé et est augmenté de 400 € par enfant à charge dans le cas de travaux concernant les économies énergétiques. Pour les autres travaux, il est à plafonné à 5 000 € par personne ou 10 000 € pour un couple marié ou pacsé et est augmenté de 400 € par enfant à charge.